Fin de l’année … et fin de ce blog! Place à de nouveaux projets :-)

Ce jeudi 24 juin marque déjà la fin de l’année scolaire pour tous nos élèves de 6ème, 5ème et 4ème ! Les 3èmes quant à eux devront encore travailler un peu puisqu’ils passent leurs épreuves du DNB lundi 28 et mardi 29 juin!

Voici donc le dernier article de ce blog puisque l’année touche à sa fin et que votre humble servante s’envole vers de nouveaux horizons , passant le flambeau de la pastorale à Saint-Jo à une personne de grande qualité, qui prendra sa suite en septembre pour vous faire vivre plein de belles choses ! Je compte sur vous pour lui faire bon accueil, ne pas hésiter à lui exprimer vos envies ou vos idées , mais aussi pour être attentifs aux nouvelles propositions qui vous seront faites et à y participer avec votre curiosité et votre bon esprit: tout ce qui a fait que j’ai énormément aimé animer la pastorale auprès de vous tout au long de ces années.

Comme le ton est aux au revoir, je profite de ce dernier billet pour remercier toutes les personnes, adultes et élèves, qui ont marqué le Groupe Parole et les célébrations de leur présence au fil des ans.

Un merci tout particulier au Père Théophile et à Madame Lermusiaux du côté des adultes. Et un autre à trois anciens élèves qui liront peut-être ces lignes un jour: Titi, Rayan, et Mourad S…m . Sans oublier, parmi les élèves plus récents, le jeune homme le plus FIDELE au Groupe Parole, qui n’a pas raté UNE SEULE séance en 4 ans , et est allé jusqu’à me convaincre de vous faire des séances en visio à distance même pendant des vacances, j’ai nommé….. Liam M…i !!! Casseur de noix de coco à ses heures perdues, et surtout super élève avec toujours un excellent esprit!

Merci à tous les élèves qui se sont investis dans les célébrations (avant le COVID!) , les films , les fêtes en tous genres, en jouant sur scène, en dansant, en chantant (je pense à Alexia en particulier), ou en donnant de leur temps et de leur belle énergie tout simplement!

Continuez à partager sur les questions qui touchent à l’existence, à vous interroger, à vous laisser bousculer dans vos certitudes pour mieux ancrer en vous ce qui est vraiment important et qui vous permettra de tenir debout tout au long de votre vie, même dans la tempête.

Soyez toujours bienveillants les uns envers les autres, y compris envers ceux qui ne pensent pas comme vous ou ne partagent pas vos valeurs. On est souvent surpris de la richesse qui se cache au fond du coeur de quelqu’un qu’on pensait a priori insignifiant ou inintéressant… Prenez donc le temps de connaître les gens, et n’oubliez pas que les actes d’une personne, à eux seuls, ne suffisent pas à la définir ! Un être humain est tellement plus que les actions qu’il pose !

Je souhaite à chacun de vous beaucoup de bonheur, maintenant et à venir, et je continuerai à prier pour vous !

Soyez bénis et souhaitez-moi bonne chance haha !! 😉

S.Héron

PS: le casseur de noix de coco, donc:

Prière du lundi 14 juin

Extraits de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères,
en tant que coopérateurs de Dieu,
nous vous exhortons encore
à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de lui.
(…)
Le voici maintenant le moment favorable,
le voici maintenant le jour du salut.
Pour que notre ministère ne soit pas exposé à la critique,
nous veillons à ne choquer personne en rien.
(…)
On nous traite d’imposteurs, et nous disons la vérité ;
on nous prend pour des inconnus, et nous sommes très connus ;
on nous croit mourants, et nous sommes bien vivants ;
on nous punit, et nous ne sommes pas mis à mort ;
on nous croit tristes, et nous sommes toujours joyeux ;
pauvres, et nous faisons tant de riches ;
démunis de tout, et nous possédons tout.

Seigneur, alors que la fin de l’année scolaire arrive déjà à grand pas, nous venons Te demander d’accorder la paix à chaque famille de notre établissement.  

La Paix, et la Joie.

Dans certaines familles qui ont perdu un parent proche récemment, il est sans doute encore trop tôt pour que ceux qui pleurent puissent éprouver de la joie, mais nous Te supplions alors de donner à chacun, malgré sa peine, une confiance profonde en l’avenir,  et en la possibilité de jours heureux, où ce n’est plus l’absence du parent décédé qui sera pesante, mais sa présence invisible, discrète mais sensible à chaque moment de la vie qui sera source de réconfort et d’apaisement.

Dans les moments de peine et dans les moments de joie qui font nos vies, Seigneur aide-nous à prendre conscience de la présence de ceux que nous aimions, et qui nous ont quittés physiquement, à nos côtés.

Seigneur nous Te confions les parents de nos élèves qui se sont envolés vers Toi. Accueille chacun d’eux dans Ta lumière, et réconforte tous ceux à qui ils manquent depuis. Aide nos élèves à se construire malgré leur peine, à devenir des adultes heureux, qui fonderont sans doute à leur tour une famille d’ici quelques années, auprès de laquelle ils trouveront une joie profonde et une immense force de vie.

Amen.

Prière du lundi matin

Evangile selon Saint Marc, chapitre 12 :

En ce temps-là, un scribe s’avança pour demander à Jésus :
« Quel est le premier de tous les commandements ? »
Jésus lui fit cette réponse :
« Voici le premier :
Écoute, Israël :
le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur.
Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force.

Et voici le second :
Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. »
Le scribe reprit :
« Fort bien, Maître, tu as dit vrai : Dieu est l’Unique et il n’y en a pas d’autre que lui.
L’aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force,
et aimer son prochain comme soi-même,
vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices. »

Jésus, voyant qu’il avait fait une remarque judicieuse, lui dit :
« Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. »

Afficher l’image source

***

Alors que la fin d’année approche à grands pas, Seigneur nous venons Te demander de nous aider à vivre dans notre quotidien ces deux commandements qui se rejoignent: T’aimer de tout notre coeur, et aimer notre prochain comme nous-mêmes.

Cela suppose que nous soyons déjà capables de porter sur nous même un regard à la fois lucide et bienveillant, sans nous juger trop durement, et en ayant confiance dans notre capacité à améliorer nos comportements et notre état d’esprit.

Pour tous les adolescents qui se croient incapables de réussir, Seigneur nous Te prions.

Pour tous les adolescents qui n’aiment pas leur apparence physique et en souffrent au quotidien, Seigneur nous Te prions.

Pour tous les adolescents qui manquent de confiance en eux, Seigneur nous Te prions.

Pour tous les adolescents qui sont malheureux et pensent que la vie n’aura jamais rien de beau à leur apporter, Seigneur nous Te prions.

Apporte à chacun le réconfort dont ils ont tant besoin, la confiance en eux, et la certitude qu’au-delà de ce qui nous fait souffrir, la vie vaut d’être vécue et réserve mille belles choses à venir.

Saint Joseph, père adoptif de Jésus, priez pour nous.

Prière du lundi matin

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean, chapitre 17

En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi :
« Père saint,
garde mes disciples unis dans ton nom,
le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes.
(…)

Moi, je leur ai donné ta parole,
et le monde les a pris en haine
parce qu’ils n’appartiennent pas au monde,
de même que moi je n’appartiens pas au monde.
Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais.
(…)

De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde.

A quelques jours de la Pentecôte, voici une prière à l’Esprit Saint que nous pouvons partager ensemble :

Cher Esprit Saint,
Me voici devant toi pour me laisser modeler,
pour me laisser conduire, pour me laisser aimer.
Accueille l’offrande de tout mon être
et fais-moi la grâce de t’aimer chaque jour davantage.
Apprends-moi à me laisser faire par toi en toute chose,
à ne pas mépriser tes inspirations, à ne pas te résister
.
Que cette prière faite en ce jour soit le début
d’une intimité nouvelle avec toi.

Esprit Saint, qui habites chaque être humain,
tu viens déposer en nous
ces réalités d’Évangile si essentielles :
la bonté du cœur et le pardon.
Aimer et l’exprimer par notre vie,
aimer avec la bonté du cœur et pardonner :
là tu nous donnes de trouver
une des sources de la paix et de la joie
.

Frère Roger de Taizé

Quelques jours à peine après la fin du Ramadan pour les musulmans et alors que les juifs célèbrent la fête de Chavouot ce jour, Seigneur nous Te prions pour qu’en Terre Sainte, les responsables politiques de ces deux populations aient à coeur de trouver un chemin de paix. Et y parviennent, enfin.

Amen.

Joyeuse fête de l’Ascension!

Très heureuse fête de l’Ascension à tous les chrétiens ce jeudi!

Jour De L'ascension Résurrection De Jésus Vecteur Premium
« Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils chasseront les esprits mauvais ; ils parleront un langage nouveau ; ils prendront des serpents dans leurs mains, et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. »
Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout la Bonne Nouvelle. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient. » (Evangile selon Saint Marc, chapitre 16)

Et cette année, la fête de l’Ascension coïncide avec la fin du Ramadan, alors très joyeuse fête de l’Aïd el Fitr aussi à tous les musulmans!

Paix à tous , croyants de toutes religions, agnostiques et non croyants!

Et bon loooooong week-end à chacun! 🙂

Temps paresseux. L'homme au chapeau dans un hamac avec un livre sur un jour d'été Banque d'images - 52546932

Prière du lundi matin

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Chapitre 15)

    En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
    « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés.
Demeurez dans mon amour.
    Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour,
comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour.
    Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite.
    Mon commandement, le voici :
Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. 
»

Seigneur, en cette semaine de l’Ascension, nous venons à toi en ce lundi matin pour te demander de fortifier nos âmes : donne-nous d’être des adolescents ou des adultes confiants en l’avenir, épanouis, sereins.

Accorde-nous d’être forts, non pas d’une force qui écrase l’autre, mais d’une force qui nous tient debout dans les épreuves, dans les incertitudes, quand il s’agit de porter nos peines, et d’assumer nos faiblesses ou celles des gens qui nous entourent.

Et puisque Tu nous commandes de nous aimer les uns les autres, aide-nous à avoir à cœur de pardonner à ceux qui nous font du mal, volontairement ou involontairement.

Nous Te prions aussi pour que chaque parent d’élève ait le souci chaque jour renouvelé de comprendre son enfant et de parvenir à agir au mieux pour lui dans son quotidien.

Enfin Seigneur, s’il Te plaît, guide-nous dans les décisions que nous avons à prendre et qui sont susceptibles de façonner ou de bouleverser notre avenir. En particulier, veille bien sur chaque élève de 3ème qui s’apprête à poursuivre ses études en dehors des murs de Saint-Joseph, au lycée,  d’ici quelques mois.

+ intentions particulières

Christ est ressuscité !

  • Il est vraiment ressuscité ! Alléluia !

C’est pas ces mots que des chrétiens s’interpellaient ou se saluaient ce matin en ce jour de Pâques!

Fête la plus importante de la religion chrétienne, Pâques fête la résurrection de Jésus le Christ, trois jours après sa mort sur la croix.

Pour ceux qui souhaiteraient en savoir davantage sur cette histoire, vous pouvez visionner le petit film réalisé par nos élèves il y a 2 ans:

Et enfin, voici le texte des Evangiles qui était lu ce matin à la messe du dimanche de Pâques, et qui raconte comment les disciples de Jésus se sont aperçus que le tombeau était vide, avant de comprendre ce que cela signifiait:

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Le premier jour de la semaine,
Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ;
c’était encore les ténèbres.
Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau.
Elle court donc trouver Simon-Pierre
et l’autre disciple,
celui que Jésus aimait,
et elle leur dit :
« On a enlevé le Seigneur de son tombeau,
et nous ne savons pas où on l’a déposé. »
Pierre partit donc avec l’autre disciple
pour se rendre au tombeau.
Ils couraient tous les deux ensemble,
mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre
et arriva le premier au tombeau.
En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ;
cependant il n’entre pas.
Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour.
Il entre dans le tombeau ;
il aperçoit les linges, posés à plat,
ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus,
non pas posé avec les linges,
mais roulé à part à sa place.
C’est alors qu’entra l’autre disciple,
lui qui était arrivé le premier au tombeau.
Il vit, et il crut.
Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris
que, selon l’Écriture,
il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.

Pour comprendre plus précisément le sens de ce texte, en particulier concernant la façon dont étaient disposés « les linges » trouvés par les deux apôtres Simon-Pierre et Jean (le même qui écrira ensuite ce récit), voici un lien très intéressant:

Et pour aller plus loin:

https://fr.aleteia.org/2018/03/28/un-corps-en-3d-realise-a-partir-du-saint-suaire/

Très joyeuses Pâques à tous !

Et que Dieu vous bénisse !

Prière du lundi matin- Semaine Sainte

Lecture du livre du prophète Isaïe, chapitre 42

Ainsi parle le Seigneur :
                   « Voici mon serviteur que je soutiens,
mon élu qui a toute ma faveur.
J’ai fait reposer sur lui mon esprit ;
aux nations, il proclamera le droit.
                   Il ne criera pas, il ne haussera pas le ton,
il ne fera pas entendre sa voix au-dehors.
                   Il ne brisera pas le roseau qui fléchit,
il n’éteindra pas la mèche qui faiblit,
il proclamera le droit en vérité.
                   Il ne faiblira pas, il ne fléchira pas,
jusqu’à ce qu’il établisse le droit sur la terre,
et que les îles lointaines
aspirent à recevoir ses lois. »

Seigneur, voici que commence la Semaine Sainte, où nous nous apprêtons à commémorer la Passion du Christ Jésus ton fils, qui a aimé le Monde jusqu’à accepter d’en mourir, et d’en mourir sur la Croix.

Dans ces temps difficiles pour beaucoup, Seigneur nous Te supplions de venir en aide à tous ceux qui crient vers Toi, comme Jésus sur la Croix : « Seigneur / Père, pourquoi m’as Tu abandonné ? »

Mais pour venir en aide à nos frères,  Tu as besoin de chacun d’entre nous. Chacun d’entre nous, ici-bas, a un rôle à jouer, et a sa part de responsabilité à assumer pour construire une société juste et bonne.

Seigneur nous venons donc Te prier ce matin de nous donner l’intuition de percevoir ce qui est juste et bon, mais aussi de nous donner la ferme résolution, et le courage, d’assumer la tâche qui est la notre : venir en aide à notre prochain dans ce Monde, même quand cela nous coûte.

Pour tous nos élèves, en particulier ceux qui traversent des jours difficiles, pour les membres de leurs familles, pour tous nos personnels, et leurs proches, enfin pour tous les gens que nous aimons, vivants et morts,

Seigneur, nous Te prions.

Amen.

Dimanche des Rameaux

Ce dimanche marque notre entrée dans la semaine dite « Semaine Sainte ». Au cours de cette semaine si particulière, nous allons commémorer le dernier repas de Jésus le jeudi soir, pendant la fête juive de Pessah (et comme nos frères juifs viennent d’entrer dans cette fête ce samedi soir, nous leur disons ici toute notre amitié et leur souhaitons une belle fête).

Nous allons aussi nous souvenir de l’arrestation de Jésus pendant la nuit du jeudi au vendredi, au jardin des Oliviers, suivi de son procès truqué. Nous allons nous souvenir des humiliations sans fin et des violences multiples qu’il a subies, et qu’il n’a pas cherché à fuir malgré sa peur. Les trahisons de ses plus fidèles amis. Nous allons suivre, vendredi, son chemin de croix. Nous allons commémorer, enfin, sa crucifixion et sa mort sur la Croix.

Autant vous dire qu’avant de fêter sa résurrection dimanche prochain, avant de se réjouir, il y a, pendant une semaine entière, le temps de la peine, de l’angoisse, et de la mort.

Qu’est-ce que cela nous dit ? Cela nous dit que Dieu n’est pas loin des souffrances des hommes. Il les a vécues, en Jésus.

Il ne nous regarde pas nous démener avec nos questions, nos incertitudes, nos chagrins, du haut d’un trône loitain . Il vit AVEC NOUS, EN NOUS, chacune de nos questions, de nos incertitudes, et chacun de nos chagrins. Et si on veut bien le laisser faire, dans ces moments-là, qui parfois durent des années: IL NOUS PORTE.

Je termine en vous mettant ci-dessous un article de vaticannews.va qui résume et analyse l’homélie de notre Pape François en ce jour des Rameaux 2021.

(Pour rappel: les Rameaux rappellent la façon dont la foule a accueilli Jésus lorsqu’il est rentré à Jérusalem: avec joie et une sorte d’excitation enthousiaste! Mais quelques jours plus tard, la foule, toujours elle, allait hurler à réclamer sa mort.)

Dimanche des Rameaux: demander la grâce de se laisser étonner par le Christ

En ce début de Semaine Sainte, inaugurée par le dimanche des Rameaux et de la Passion, le Pape François invite les fidèles à lever les yeux vers la Croix pour recevoir la grâce de l’étonnement. Sans elle, la vie chrétienne devient sourde, incapable de s’émouvoir de l’amour gratuit et inouï de Dieu.

Passer de la joie d’accueillir Jésus qui entre à Jérusalem à la douleur de le voir condamné et crucifié: la liturgie des Rameaux nous place chaque année devant cet étonnant paradoxe, incarné d’ailleurs par l’attitude de la foule. «Ces personnes suivaient plus une image du Messie que le Messie. Ils admiraient Jésus mais ils n’étaient pas prêts à se laisser étonner par lui», analyse le Pape qui distingue précisément l’admiration, à la recherche de ses propres goûts et attentes, de l’étonnement, ouvert à la nouveauté. Or l’admiration ne change pas le cœur, elle ne suffit pas. Décider de suivre le Christ implique nécessairement de passer de l’admiration à l’étonnement.

Les palmes et la croix vont ensemble

Jésus étonne par son choix de l’anéantissement ; c’est en prenant la voie de l’humiliation qu’il parvient à la gloire. «Cela étonne: voir le Tout-Puissant réduit à rien (…), voir le Roi des rois avoir pour trône une potence. Voir le Dieu de l’Univers dépouillé de tout. (…) Pourquoi toute cette humiliation ? Pourquoi, Seigneur, t’es-tu laissé faire tout cela ?»

«Pour toucher jusqu’au fond notre réalité humaine, pour traverser toute notre existence, tout notre mal». Le Christ «monte sur la croix pour descendre dans notre souffrance», pour éprouver nos états d’âme, expérimenter dans sa chair nos plus criantes contradictions et nos fragilités les plus honteuses afin de les transformer, explique encore François.

“Et maintenant nous savons que nous ne sommes pas seuls: Dieu est avec nous en chaque blessure, en chaque peur : aucun mal, aucun péché n’a le dernier mot. Dieu gagne, mais la palme de la victoire passe par le bois de la croix. C’est pourquoi les palmes et la croix vont ensemble.”

Se laisser émouvoir par l’amour de Dieu

L’étonnement est une grâce à demander, car sans cela, la vie chrétienne devient «grisâtre», «sourde», incapable de sentir la merveille de la grâce, de goûter la saveur du Pain de vie, de voir la beauté des frères et le don de la création.

“En cette Semaine Sainte, levons les yeux vers la croix pour recevoir la grâce de l’étonnement. Saint François d’Assise, en regardant le Crucifié, était surpris que ses frères ne pleuraient pas. Et nous, réussissons-nous encore à nous laisser émouvoir par l’amour de Dieu ? Pourquoi ne savons-nous plus nous étonner devant lui ? Peut-être parce que notre foi a été usée par l’habitude. Peut-être parce que nous restons enfermés dans nos regrets et nous nous laissons paralyser par nos insatisfactions. (…) Derrière ces “peut-être” y-a-t-il le fait que nous ne sommes pas ouverts au don de l’Esprit, qui est celui qui nous donne la grâce de l’étonnement.”

En se laissant étonner par Jésus, l’on retourne à la vie, et l’on découvre que sa grandeur réside dans la certitude de se savoir aimés et dans la beauté d’aimer à son tour. «Avec la grâce de l’étonnement nous comprenons qu’en accueillant celui qui est rejeté, (…) nous aimons Jésus», résume François.

Et de conclure son homélie par ce qu’il considère comme «la plus belle icône de l’étonnement»: le centurion romain qui voit mourir Jésus. «Voilà l’étonnement devant Dieu, qui sait remplir d’amour même la mort. Dans cet amour gratuit, inouï, le centurion, un païen, trouve Dieu».

“Aujourd’hui Dieu étonne encore notre esprit et notre cœur. Laissons cet étonnement nous envahir, regardons le Crucifié et disons nous aussi : “Tu es vraiment le Fils de Dieu. Tu es mon Dieu ».”

Cette année encore, la procession et la messe des Rameaux se sont tenues dans la Basilique saint Pierre, à l’autel de la chaire, devant une assemblée restreinte de fidèles, conformément aux mesures de sécurité anti-Covid en vigueur.